The Iroquois who came west were predominantly from an area near Montreal called Kahnawake. By the turn of the nineteenth century, things had become difficult for the Iroquois in the region. Overhunting had caused a serious decline in fur-bearing animals and other resources, and French settlers were continually encroaching on the small area of land set aside for the Mohawk. The challenges inspired young Iroquois men to strike out in a new direction.

Throughout central Canada, the competition among the various fur trade companies had become fierce, as local supplies of beaver fur dwindled. Between 1794 and 1821, the North West Company and their agents hired many of the Iroquois in the Kahnawake area. The highest number (about 300) signed on between 1800 and 1804. Courted by both the North West Company and the XY Company, they were sent west, employed as voyageurs, hunters, interpreters, and guides. They had a great reputation for skill in handling canoes and in hunting. Their main objective was to trap beaver.

Some Iroquois eventually returned to Montreal but many remained in the west, trapping, hunting, and marrying local women. Fearing American encroachment in the North West, the Hudson’s Bay Company implemented a policy of completely stripping an area of beaver. Many First Nations, and even fur trade officials, remarked that the Iroquois were depleting the local beaver stock, causing resentment and hard feelings.


Les Iroquois venus dans l’Ouest provenaient principalement d’une région près de Montréal appelée Kahnawake. Au tournant du 19e siècle, la vie est devenue difficile pour les Iroquois de la région. La chasse excessive avait causé un sérieux déclin d’animaux à fourrure et d’autres ressources. De plus, les colons français empiétaient continuellement sur le petit territoire réservé pour les Mohawks. Motivés par ces défis, des jeunes hommes iroquois ont décidé de suivre un nouveau chemin.

À travers le Canada central, la compétition entre les maintes compagnies de traite de fourrures était devenue féroce dû au déclin des ressources locales de fourrures de castor. Entre 1794 et 1821, la Compagnie du Nord-Ouest et leurs agents ont embauché plusieurs Iroquois de la région Kahnawake. Le plus grand nombre (environ 300) se sont engagés entre les années 1800 et 1804. Sollicités par la Compagnie du Nord-Ouest et la Compagnie XY, les Iroquois ont été envoyés vers l’ouest et employés en tant que voyageurs, chasseurs, interprètes et guides. Ils avaient une excellente réputation pour leurs talents en manœuvre de canoës et à la chasse. Leur objectif primaire était le piégeage des castors.

Plus tard, certains Iroquois sont retournés à Montréal, mais plusieurs d’entre eux sont demeurés dans l’Ouest, mariant des femmes locales et continuant à faire la trappe et la chasse. Par crainte de l’empiètement des Américains dans le Nord-Ouest, la Compagnie de la Baie-d’Hudson a établi une politique pour éliminer tous les castors d’un endroit. Certaines Premières Nations et même des représentants de la traite des fourrures remarquaient que les Iroquois étaient en train d’épuiser les réserves locales de castors provoquant la rancune et l’amertume.

The Iroquois or Haudenosaunee Six Nations Confederacy was made up of: Mohawk, Oneida, Onondaga, Cayuga, Seneca, and Tuscarora.

The Mohawk or Kanien’kehá:ka are the most easterly group of the Six Nations.

Les Iroquois, la Confédération Haudenosaunee ou les Six Nations comprennent les Mohawks, les Oneidas, les Onondagas, les Cayugas, les Sénécas et les Tuscaroras.

Les Mohawks ou Kanien’kehá:ka sont le groupe des Six Nations situé le plus à l’est.